Home-immediately access 800+ free online publications. Download CD3WD (680 Megabytes) and distribute it to the 3rd World. CD3WD is a 3rd World Development private-sector initiative, mastered by Software Developer Alex Weir and hosted by GNUveau_Networks (From globally distributed organizations, to supercomputers, to a small home server, if it's Linux, we know it.)

Production de protéines unicellulaires pour l'alimentation du bétail

Table des matières - Précédente - Suivante

En tant qu'aliment complémentaire pour le bétail, les plantes-racines seraient de bons substrats pour un grand nombre de micro-organismes. Dans des conditions optimales partant de 100 kg de patates contenant 6,9 kg de protéines, une gamme d'espèces de Fungi imperfecti pourrait produire 8,12 kg de mycélium séché, et un résidu de tissus de patates inutilisés pour l'alimentation du bétail contenir environ 31,6 kg de protéines, c'est-à-dire que la concentration de protéines peut quadrupler. L'analyse a montré que le mycélium contient plus de lysine, d'histidine, de tryptophane, de méthionine et de tyrosine que de caséine (Gray et Abou-el-Seoud, 1966). Dawson et al. ( 1951 ) ont constaté que les eaux usées des féculeries pourraient être utilisées comme milieu pour la multiplication de la levure Torulopsis utilis. En ajoutant de l'hydroxyde d'ammonium comme source d'azote, on pourrait obtenir une tonne de levure séchée contenant 50 pour cent de protéines à partir de 100 tonnes de poids frais de patates transformées pour obtenir de la fécule. Des résultats similaires ont été rapportés pour le taro et le manioc. La production de protéines unicellulaires pour l'alimentation des animaux a atteint presque 1 million de tonnes par an en URSS, et plusieurs usines d'une capacité de 500 000 tonnes par an sont en construction ailleurs. Une usine pilote du Centre international d'agriculture tropicale (CIAT), en Colombie, utilisant du manioc comme substrat, fabrique un produit séché ayant une teneur en protéines brutes de 28 pour cent. Ce produit séché final a été incorporé dans l'alimentation de rats en phase de croissance pour déterminer la valeur nutritive de la protéine non enrichie. Les gains de poids totaux sur une période d'essai de 28 jours ont été minimes avec les régimes fondés sur cette substance. Avec la méthionine en complément, les gains de poids corporel ont été les mêmes qu'avec la caséine. Il n'est pas encore certain que les petites usines soient techniquement et économiquement valables, car au moins 60 pour cent des coûts de production sont constitués par les coûts de la matière première.

Un facteur important nécessitant de nouvelles études est le risque pour la santé des individus continuellement exposés aux spores du micro-organisme employé pour la fermentation. Il est également indispensable d'examiner les effets sur les animaux nourris avec la protéine unicellulaire. A ce jour, les résultats des recherches n'ont pas fait état d'effets négatifs (Goering, 1979).


Table des matières - Précédente - Suivante