Home-immediately access 800+ free online publications. Download CD3WD (680 Megabytes) and distribute it to the 3rd World. CD3WD is a 3rd World Development private-sector initiative, mastered by Software Developer Alex Weir and hosted by GNUveau_Networks (From globally distributed organizations, to supercomputers, to a small home server, if it's Linux, we know it.)

2.6 Structure des dommages causés aux épis de maïs

Table des matières - Précédente - Suivante

L'état des dommages et des pertes intervenant dans les greniers à maïs des petits paysans est habituellement exprimé sur la base des paramètres "dommages" et "pertes de poids de MS" (voir chapitre 2.1.2). Ces paramètres sont indiqués à titre de valeur moyenne pour un échantillonnage prélevé dans un grenier. Ils donnent une idée de l'ampleur des pertes auxquelles le paysan se voit confronté. Du fait de leur standardisation, ils sont en outre très rationnels pour les travaux scientifiques et permettent la comparaison entre différents greniers et études. Du point de vue des pertes, qui seules importent pour le paysan, la signification de ces paramètres est néanmoins réduite. En s'appuyant sur un autre mode de représentation des dommages, fondé sur l'analyse structurelle, on s'est efforcé d'obtenir une vue des dommages qui soit plus proche de la réalité.

C'est au moment de l'égrenage du mais que le paysan, au vu de l'impression qu'il retire de chaque épi, décide de son usage. En cas de forte infestation, l'épi est utilisé intégralement pour l'alimentation animale (cf. également PANTENIUS, 1987). Lorsqu'il s'agit d'une infestation moyenne, les grains sont en partie triés. En cas de faible infestation, enfin, les grains sont utilisés en totalité pour l'alimentation humaine (observations de l'auteur).

C'est sur la base de cette méthode employée par les paysans que les épis ont été répartis en différentes catégories de dommages (voir chapitre 2.1.2). Cette répartition permet de se faire une idée de la manière dont se présentent les dommages du point de vue du paysan et de l'utilisation qui est faite de chacun des épis. Au-delà, l'analyse structurelle des dommages permet de déterminer les répercussions de l'action des ravageurs primaires sur la qualité des dommages.

A titre d'exemple, on trouvera aux tableaux 3 et 4 la structure des dommages intervenus sur les sites de Cacaveli et de Davié durant la grande saison de stockage 1988/89. Les résultats obtenus dans les autres greniers figurent chez HELBIG (1993). Le site de Cacaveli a subi une forte infestation due à P truncatus, alors qu'il n'y a pas eu d'infestation par ce ravageur à Davié (voir chapitre 2.2.1). Le maïs stocké étant de même provenance dans les quatre greniers installés sur chacun des sites, il présentait par conséquent partout une structure de dommages identique au début du stockage.

A Cacaveli, on a décelé au bout de 1,5 mois déjà une modification de la structure des dommages (tabl. 2). Dans les catégories 4 et 5, on a relevé la présence d'épis apparaissant à une fréquence de 4 %. Cette évolution s'est poursuivie sans discontinuer au cours des mois suivants. La part d'épis présentant un dommage de plus de 75 % a augmenté d'un mois à l'autre. Au bout de 8 mois de stockage, on a observé plus de 75 % de grains abîmés sur 66 % des épis.

Ce qui frappe ici, c'est la forte concentration sur les valeurs extrêmes. Pour chaque période de stockage, les épis sont rangés à environ 90 % dans les catégories 1, 2 et 5. 10 % d'entre eux seulement ont été classés dans les catégories 3 et 4, ce qui témoigne de l'énorme potentiel de dégradation de P truncatus. Dès l'instant où un épi est abîmé, le dommage atteint très vite 75 %. S'agissant de la dynamique des dommages, il est permis de supposer que d'un mois à l'autre, certains épis passent des catégories I et 2 dans les catégories 3 et 4, pendant que les épis des catégories 3 et 4 passent dans la catégorie 5.

Tabl. 2: Evolution de la structure des dommages au cours du stockage d'épis de mais infestés par Prostephanus truncatus sur le site de Cacaveli pendant la grande saison de stockage 1988/89 (en % sur 120 (0 et 1,5) et 200 épis par mois dans chaque catégorie de dommages)

Catégorie de
dommages
Mois après l'emmagasinage
0 1,5 3 4 5 6 7 8
1 45 42 33 35 28 29 18 15
2 53 42 29 30 28 16 14 11
3 1 8 6 4 2 4 6 4
4 1 4 5 8 4 6 4 4
5 - 4 27 23 38 45 58 66

 

Tabl. 3: Evolution de la structure des dommages au cours du stockage d'épis de mais non infestés par Prostephanus truncatus sur le site de Davié pendant la grande saison de stockage 1988/89 (en % sur 120 (0 et 1,5) et 200 épis par mois dans chaque catégorie de dommages)

Catégorie de
dommages
Mois après l'emmagasinage
0 15 3 4 5 6 7 8
1 49 29 36 38 39 33 35 42
2 50 64 43 33 31 31 30 19
3 1 5 6 9 7 8 6 10
4 - 2 8 9 8 8 9 7
5 - - 7 10 15 20 20 22

A Davié, site non infesté par P. truncatus, l'analyse structurelle des dommages a donné des résultats totalement différents (tabl. 3). Aussi bien du point de vue du nombre total d'épis infestés que du degré d'infestation individuel des épis, l'extension des dommages a été beaucoup plus lente. La part d'épis non infestés est demeurée constante durant toute la période de stockage.

Les dommages affectant les épis infestés au début de la période de stockage se sont par la suite étendus. Le nombre d'épis de la catégorie 2 a peu à peu diminué, tandis que celui de la catégorie 5 augmentait lentement. Les catégories de dommages moyennes, c'est-à-dire 3 et 4, regroupaient ici nettement plus d'épis que sur le site de Cacaveli. A l'issue d'une période de stockage de Y mois, 20 % environ des épis présentaient un dommage supérieur à 75 %. Sur 60 % des épis, en revanche, il n'y avait pas, ou peu, de grains abîmés.


Table des matières - Précédente - Suivante