Home-immediately access 800+ free online publications. Download CD3WD (680 Megabytes) and distribute it to the 3rd World. CD3WD is a 3rd World Development private-sector initiative, mastered by Software Developer Alex Weir and hosted by GNUveau_Networks (From globally distributed organizations, to supercomputers, to a small home server, if it's Linux, we know it.)ar.cn.de.en.es.fr.id.it.ph.po.ru.sw

CLOSE THIS BOOKManuel du Schage Solaire au Maroc (GTZ, 1995)
Partie A: Aspects techniques et conomiques du schage solaire
VIEW THE DOCUMENTRemerciements
VIEW THE DOCUMENT1. Introduction
VIEW THE DOCUMENT2. Historique du projet
3. Le schoir solaire type Marrakech
VIEW THE DOCUMENT3.1 Le schoir solaire pour le schage des fruits et lgumes
VIEW THE DOCUMENT3.2 Le schoir solaire pour plantes mdicinales et aromatiques
VIEW THE DOCUMENT3.3 Liste des fournisseurs
4. Techniques du schage
4.1 Techniques du schage des fruits et lgumes
VIEW THE DOCUMENT4.1.1 Rendement
VIEW THE DOCUMENT4.1.2 Le schage des abricots
VIEW THE DOCUMENT4.1.3 Le schage des raisins
4.2 Techniques de schage des plantes aromatiques et mdicinales
VIEW THE DOCUMENT4.2.1 Rendement
VIEW THE DOCUMENT4.2.2 Le schage de la menthe (mentha pulegium)
5. Aspect conomique du schage solaire
5.1 Production
VIEW THE DOCUMENT5.1.1 Cots d'investissement et d'installation
VIEW THE DOCUMENT5.1.2 Cots de production des abricots schs par schoir solaire
VIEW THE DOCUMENT5.1.3 Cots de production des raisins schs par schoir solaire
VIEW THE DOCUMENT5.1.4 Exploitation du schoir par des produits diffrents
5.2 Commercialisation
5.2.1 Abricots
VIEW THE DOCUMENT5.2.1.1 Le march marocain
VIEW THE DOCUMENT5.2.1.2 Le march en Allemagne et en Suisse
VIEW THE DOCUMENT5.2.2 Raisins secs
VIEW THE DOCUMENT5.2.3 Autres produits
VIEW THE DOCUMENT5.3 Conclusion
6. Bibliographie
VIEW THE DOCUMENT6.1 Etudes
VIEW THE DOCUMENT6.2 Rapports
VIEW THE DOCUMENT6.3 Thses et mmoires de fin d'tudes
VIEW THE DOCUMENT6.4 Exposs communications
VIEW THE DOCUMENT6.5 Publications
VIEW THE DOCUMENT6.6 Articles de presse

Manuel du Schage Solaire au Maroc (GTZ, 1995)

Partie A: Aspects techniques et conomiques du schage solaire

Remerciements

Ce "Manuel du schage solaire au Maroc" rsume les rsultats obtenus au cours des phases I III (1989 - 1994) dans le volet "schage solaire" du "Programme Spcial Energie (PSE) Maroc" appuy par la Coopration Technique Allemande.

Le droulement du projet a bnfici du grand engagement des collaborateurs/collaboratrices marocains et allemands du projet, auxquels nous aimerions adresser ici nos sincres remerciements.

En mme temps, nous tenons remercier l'Office Rgional de Mise en Valeur Agricole du Haouz (ORMVAH) pour sa mise disposition du terrain d'essai, son soutien lors de l'exprimentation et des diffrentes analyses de systme, ainsi que pour son admission en stage de plusieurs tudiants marocains et allemands dans le cadre du projet. Nous sommes spcialement reconnaissants envers le Service de la Production Agricole (SPA), le Service Matriel (SM) et le Centre de Mise en Valeur (CMV) Sada, sans l'aide desquels les travaux planifis n'auraient pu se drouler avec l'envergure dcrite.

Nous sommes particulirement reconnaissants aux Services du Centre de Dveloppement des Energies Renouvelables (CDER) et au Bureau du Programme Spcial Energie (PSE) Maroc pour la coordination de l'ensemble des visites et manifestations, les actions publicitaires et l'assistance prte lors des diffrentes enqutes et analyses de march menes. La Coordination du Projet mrite notre reconnaissance spciale pour son engagement inlassable, sans lequel les rsultats de ce volet du projet n'auraient pu tre obtenus.

Nous sommes galement reconnaissants envers l'Institut pour les Techniques Agricoles des Rgions Tropicales et Subtropicales de l'Universit Hohenheim, RFA, pour l'excution des sminaires sur les installations de schage et les techniques de schage des plantes mdicinales et aromatiques.

Nous remercions l'Ambassade d'Allemagne au Maroc pour avoir coordonn les diffrentes visites du projet par des journalistes marocains et allemands.

L'Institut Agronomique et Vtrinaire (IAV) Hassan II reoit nos remerciements particuliers pour ses contributions scientifiques et conseils prcieux en matire de schage solaire et de conservation des denres alimentaires.

Finalement, nous sommes particulirement reconnaissants l'Office Allemand pour la Coopration Technique (GTZ), qui a financ une grande partie de ce travail.

1. Introduction

La conservation de produits agricoles constitue un des problmes majeurs des pays en voie de dveloppement. Les denres alimentaires, indispensables pour l'approvisionnement de la population, pourrissent en grandes quantits cause du manque de techniques appropries de conservation. Le besoin en aliments augmentera davantage avec une population en pleine croissance dmographique, ce qui aggravera encore la situation dcrite.

Au Maroc, ce problme se pose surtout pour un grand nombre de varits de fruits et de lgumes, qui ne peuvent tre commercialiss aussi vite qu'ils ne prissent. De grandes quantits d'abricots, de raisins et de tomates pourrissent par manque d'infrastructures efficaces, de capacits de transformation et cause des difficults croissantes d'couler la marchandise sur le march agricole mondial suite la recrudescence de la concurrence et l'augmentation du protectionisme. Le schage de ces produits peut remdier ce problme et contribuer en mme temps amliorer le niveau des revenus et l'approvisionnement de la population.

Les mthodes traditionnelles de schage solaire entranent cependant souvent une mauvaise qualit des produits, qui ne sont protgs durant le processus de schage, ni contre la poussire, la pluie et le vent ni contre les insectes, les oiseaux, les rongeurs et les animaux domestiques. Il en rsulte un salissement des produits, leur exposition des micro-organismes, la formation de mycotoxines et l'infection par des germes pathognes. Les installations de schage utilises dans les pays industrialiss permettent de rsoudre ces problmes, mais ne sont pas adaptables un pays comme le Maroc, car elles exigent des investissements importants et une infrastructure trs dveloppe.

Les installations de schage solaire runissent les avantages des deux mthodes, savoir un taux d'investissement limit et une qualit de produit leve. C'est dans ce contexte et dans le cadre du "Programme Spcial Energie (PSE) Maroc" bnficiant de l'appui de la "Coopration Technique Allemande (GTZ)" qu'a t mis au point un schoir solaire adapt aux conditions climatiques et structurelles du Maroc en collaboration avec l'Office Rgional de Mise en Valeur Agricole du Haouz (ORMVAH) Marrakech, l'Institut Agronomique et Vtrinaire Hassan II (IAV) Rabat, le Centre de Dveloppement des Energies Renouvelables (CDER) Marrakech et l'Institut des techniques agricoles dans les rgions tropicales et subtropicales de l'Universit de Hohenheim, Stuttgart/RFA.

Le volet "schage solaire" a vu pendant la premire phase du projet (1988-1990) la mise au point d'un schoir solaire adapt au schage des fruits et lgumes et construit exclusivement avec des matriaux localement disponibles. Pendant la deuxime phase du projet (1991-1993), une unit a t ajoute pour scher des plantes mdicinales et aromatiques dans le but d'augmenter, avec la gamme des produits schs, l'utilit du schoir. Ces mesures ont t accompagnes par des analyses du march concernant les produits schs et des calculs de rentabilit pour le schoir solaire. La troisime phase (1994-1996) prvoit une diffusion de la technologie du schage solaire par l'installation de plusieurs schoirs.

2. Historique du projet

11/1988 - Accord de projet entre le Maroc et l'Allemagne

- Il t dcid dans le cadre du projet "Energies Renouvelables" de la Coopration technique maroco-allemande de crer un volet "schage solaire".

- Le but de ce volet est de dvelopper des schoirs solaires de dmonstration pour le schage des fruits et lgumes qui seront ensuite diffuss grande chelle.

12/1988 - Atelier de Planification par Objectifs (ZOPP IV)

- Planification par objectifs du projet pour la priode de 1989 1990 (phase 1)
- Discussions entre les diffrents organismes partenaires, savoir le CDER, l'ORMVAH, l'IAV et le PSE (GTZ)
- Elaboration du plan d'opration pour la phase I

01-05/1989

· Mise au point du schoir solaire type Hohenheim et adaptation aux conditions marocaines
· Prparation d'une campagne de schage des abricots

05-07/1989

· Installation et mise en service du schoir solaire type Hohenheim

- Tests sans chargement
- Schage d'abricots

07-09/1989

· Evaluation des essais de schage
· Prparation de la campagne de schage des raisins

09-10/1989

· Tests de fonctionnement du schoir solaire

- Test sans chargement
- Schage de raisins

10-12/1989

· Evaluation des essais de schage

01-02/1990

· Prparation du programme de formation pour les homologues

03/1990

· Formation d'homologues marocains l'Universit de Hohenheim:
- Construction d'un schoir type Hohenheim
Visites auprs de fournisseurs et exploitants de schoirs solaires

04/1990

· Prparation de la campagne de schage des abricots

05-07/1990

· Installation et mise en service d'un deuxime schoir type Hohenheim afin de servir d'installation de rfrence pour le premier schoir

- Schage d'abricots
- Amlioration de la mthode de pr-traitement

07-09/1990

· Analyse du comportement des abricots lors du schage dans un schoir au laboratoire:

- Influence de la temprature de l'air utilis pour le schage
- Influence de la vitesse de l'air

· Analyse de la qualit des abricots schs par schoir solaire

· Premier sondage auprs d'importateurs allemands et suisses au sujet des abricots schs

- Normes de qualit
- Besoins du march
- Possibilits de commercialisation pour les abricots marocains schs par schage solaire

· Prparation de la campagne de schage des raisins

09-10/1990

· Installation et mise en service du schoir solaire type Marrakech

- Test de fonctionnement des schoirs solaires
- Test sans chargement
- Schage des raisins

· Abricots et raisins dans la rgion du Haouz, Maroc

- Analyse des exploitations agricoles

Evaluation du projet par le Ministre allemand de la Coopration Economique (BMZ)

Atelier de Planification par Objectifs (ZOPP V)

- Planification du projet pour la priode 1991 1993 (phase II)

10-12/1990

· Analyse de la qualit des raisins schs par schage solaire

· Abricots et raisins dans la rgion du Haouz, Maroc

- Analyse du march

01/1991

Accord du projet pour la phase II entre les organismes partenaires

- Discussion entre les diffrents organismes partenaires du projet
- Rsultats de la phase I
- Dfinition des objectifs de la phase II

03/1991

· Elaboration du plan d'opration pour la phase II

04/1991

· Rdaction du rapport final de la phase I
· Prparation de la campagne de schage des abricots

05-06/1991

· Amlioration du schoir solaire type Marrakech

- Isolation thermique

· Test de fonctionnement des schoirs solaires

- Test sans chargement
- Schage d'abricots
- Installation d'un dispositif de rglage de temprature
- Installation d'un systme de commande photovoltaque

07-12/1991

· Evaluation des essais de schage

02/1992

· Runion des diffrents organismes partenaires du projet

- Discussion des rsultats obtenus au cours des phases I et II
- Actualisation du plan d'opration pour la phase II

02-05/1992

· Slection et test de ventilateurs courant continu produits localement pour utilisation dans le schoir solaire commande photovoltaque

· Prparation de la campagne de schage

05-06/1992

· Entretien entre les diffrents organismes partenaires

- Possibilits d'agrandissement et d'amlioration du schoir solaire type Marrakech

· Test de fonctionnement des schoirs solaires

- Test sans chargement
- Schage d'abricots
- Schage de viande de poulet, de boeuf et de mouton
- Amlioration du systme de commande photovoltaque

· Formation d'ingnieurs et de techniciens du CDER et de l'ORMVAH

- Systme informatis de saisies de donnes pour les schoirs solaires
- Techniques du schage d'abricots et des raisins

07-09/1992

· Entretien entre les diffrents organismes partenaires

- Etat d'avancement et valuation du projet
- Rsultats obtenus lors du schage d'abricots
- Rsultats obtenus lors du schage de la viande
- Rsultats obtenus lors de l'analyse du march pour les abricots schs

· Analyse des marchs national et international pour les abricots schs

· Amlioration du schoir solaire type Marrakech

- Redoublement de la capacit
- Isolation thermique

· Evaluation des essais de schage

09/1992

· Campagne de publicit pour les abricots schs auprs du CDER et du MEM

· Deuxime sondage auprs des importateurs allemands et suisses au sujet d'abricots schs avec dgustation d'chantillons d'abricots marocains schs par schoir solaire

- Qualit
- Demande
- Quantits fournir
- Prix

10-11/1992

· Entretien entre les diffrents organismes partenaires

- Etat d'avancement et valuation du projet
- Formation des partenaires marocains en RFA
- Stratgies de diffusion pour les abricots schs

· Test de fonctionnement des schoirs solaires

- Test sans chargement
- Schage de raisins

· Formation de techniciens de l'ORMVAH et de l'ORMVAO

- Schage solaire

· Prparation du cours de formation prvu pour les homologues

12/1992

· Formation d'homologues marocains l'Universtit de Hohenheim
- Techniques de schage de plantes mdicinales et aromatiques
- Conception d'un schoir solaire pour les plantes mdicinales et aromatiques
- Visite de diffrents exploitants de schoirs pour les plantes mdicinales et aromatiques
- Visite de diffrents importateurs et traiteurs de plantes mdicinales et aromatiques

· Test de fonctionnement des schoirs solaires

- Schage de poivrons (type niora)

01-03/1993

· Sondage auprs d'importateurs allemands de plantes mdicinales et aromatiques

- Normes de qualit
- Evolution de la demande
- Structure des prix
- Possibilits de commercialisation pour la marchandise marocaine

03-05/1993

· Installation du schoir solaire type Marrakech pour les plantes mdicinales et aromatiques

- Analyse des possibilits de commercialisation du schoir solaire type Marrakech du point de vue schage d'abricots
- Sondage auprs des revendeurs de fruits schs
- Sondage auprs des consommateurs
- Test de march pour les abricots marocains schs par schage solaire
- Calculs de rentabilit concernant le schoir solaire

05-06/1993

· Journe d'information sur le schage solaire

- Communications sur tous les aspects concernant le schage solaire au Maroc
- Visite des diffrents types de schoirs solaires
- Dbat public des participants la journe

Contrle d'avancement du projet par l'Office Allemand pour la Coopration Technique (GTZ)

06-07/1993

· Analyse du comportement des abricots lors du schage l'aide d'un schoir en laboratoire

- Influence du rayonnement solaire
- Influence de l'humidit relative de l'air de schage
- Influence du pr-traitement
- Influence du taux de chargement
- Influence du' degr de maturit
- Analyse de la qualit des abricots schs

· Analyse du comportement des abricots lors du processus de sulfuration:

- Sulfuration gazeuse
- Sulfuration liquide
- Analyse de la qualit des abricots schs

· Test de fonctionnement des schoirs solaires

- Schage d'abricots

07-09/1993

· Mise en service et test de fonctionnement du schoir solaire type Marrakech pour les plantes mdicinales et aromatiques

- Schage de sauge
- Schage de menthe
- Schage de verveine
- Analyse de la qualit des produits schs

09-12/1993

· Plantes mdicinales et aromatiques au Maroc

- Inspection des exploitations agricoles
- Analyse du march
- Sondage auprs des revendeurs

· Evaluation des essais de schage

01/1994

Entretien entre les diffrents organismes-partenaires:
Planification du projet pour la priode 1994 1995 (partie de la phase III)

- Elaboration d'un plan d'opration

01-05/1994

· Comparaison des schoirs solaires type Hohenheim et type Marrakech du point de vue cologique

· Entretien entre les diffrents organismes-partenaires

- Brochures sur le schage solaire au Maroc

06-09/1994

· Rdaction du "Manuel du schage solaire au Maroc"

10/94-07/95

· Rdaction des guides sur l'utilisation, l'entretien et la construction des schoirs solaires type Marrakech destins au schage des fruits et des lgumes.

3. Le schoir solaire type Marrakech

3.1 Le schoir solaire pour le schage des fruits et lgumes

Le schoir solaire type Marrakech destin au schage des fruits et lgumes a t install en 1991 sur le terrain d'essai du Centre de Mise en Valeur (CMV) de Sada appartenant l'Office de Mise en Valeur Agricole du Haouz (ORMVAH). Dans sa construction, il est similaire au schoir solaire tunnel type Hohenheim. Par contre, les matriaux utiliss sont tous disponibles dans la rgion de Marrakech.

Le schoir solaire type Marrakech existe en deux versions. Le modle standard avec alimentation par rseau et le modle autonome indpendant du rseau, car aliment par unit photovoltaque et donc destin tre implant dans des rgions non lectrifies.

La construction de base est constitue d'une dalle en hourdis soutenue par des piliers en bton arm. Cette conception modulaire permet de raccourcir ou d'allonger le collecteur du schoir en fonction des produits scher et de la puissance dsire. Comme la pluviomtrie est gnralement trs faible pendant les priodes de schage, cette construction ne ncessite pas de tot en btire mais est uniquement recouverte d'une couverture en plastique.

Les dimensions de la version standard sont de 30 m de longueur et de 2 m de largeur. La construction repose sur des piliers de 75 cm, d'une part pour empcher la terre et la poussire de contaminer les produits scher et d'autre part pour faciliter l'accs lors du chargement et du dchargement du schoir. (cf. fig. 1)


Fig. 1: Le schoir solaire type Marrakech pour le schage des fruits et lgumes

Le capteur solaire est recouvert d'une transparente en polythylne d'une paisseur de 0,2 mm. Elle est attache aux parois latrales par un profil de serrage en matire plastique: le snappan; il est similaire ceux utiliss dans la construction des voitures.

Les pertes calorifiques ont t rduites en introduisant au-dessus de la couche des hourdis, une couche en lige granule d'une paisseur de 20 mm, recouverte elle-mme d'une couche en bton lisse paisse de 10 mm. Cette couche en bton a t peinte en noir d'un enduit utilisable pour les denres alimentaires. La surface d'absorption est de 18,8 m2 (cf fig. 2).


Fig. 2: Vue en coupe du capteur solaire

La version alimente par rseau est dote d'un ventilateur radial. La version alimente par module photovoltaque utilise un ventilateur axial.

Le module solaire est plac en dehors du schoir ou horizontalement dans le courant d'air produit par le ventilateur. Ceci a pour avantage de refroidir le module solaire et d'augmenter ainsi son rendement. Afin que l'air se rpartisse de manire uniforme travers la section intgrale du schoir, il existe une buse d'insufflement de l'air proximit de l'orifice d'aspiration de l'air du ventilateur et des tles pour guider le courant d'air du ct de l'chappement d'air. L'air est aspir par en bas et se rpartit dans le capteur solaire entre l'absorbeur et la couverture en plastique, avant de pntrer dans le schoir mme. Les orifices d'aspiration du ventilateur et de l'chappement d'air ( la sortie du schoir) sont couverts d'un filet mailles fines afin de retenir les insectes, rongeurs ou oiseaux.

Pour le modle aliment par rseau, la temprature maximale dsire est rgle en modifiant la frquence de rotation du ventilateur par l'intermdiaire de la tension. La tension d'alimentation est rgle par un thermostat avec dtecteur de temprature et un transformateur toroidal. De cette manire, on parvient rgler des dbits d'air variant entre 0 et 1300 m3/h. Si le rayonnement solaire et le volume d'air inject augmentent, la temprature baisse dans le capteur solaire.

Le modle aliment par module photovoltaque dispose d'un ventilateur qui est directement aliment par l'unit pv et qui travaille sans accumulateur, ni rgulateur de tension. La puissance du module augmente avec l'ensoleillement et entrane l'augmentation simultane de la frquence de rotation du ventilateur. Ceci a pour avantage de pouvoir rgler la temprature sans recourir -aucun autre dispositif supplmentaire, condition que le module pv soit bien adapt aux besoins et aux dimensions du schoir.

Le tableau 1 rsume les caractristiques techniques des diffrents systmes de commande.

Systmes de commande

Units de mesure

Modle aliment par rseau

Modle aliment par module photovoltaque

Marque


Ventilateur radial

Ventilateur axial

Module photov.

Producteur


EBM

Fiat

Solarex

Type


R4E280-AD0805

Uno, essence

MSX 83

Tension nominale

V

220

12

16,9

Courant nominal

A

0,33

7,0

4 92

Puissance nominale

W

70

84,0

83,2

Dbit d'air

m3/h

1360

1520

-

Vitesse nominale

tours/min

1400

2800

-

Tableau 1: Caractristiques techniques des diffrents systmes de commande

Le schoir proprement dit est galement recouvert d'une feuille en polythylne transparente d'une paisseur de 0,2 mm. On ouvre et ferme l'installation l'aide d'un tube d'enroulement. En actionnant une manivelle, on enroule la feuille sur toute sa longueur et on peut ensuite accder l'espace destin au chargement ou dchargement des produits (fig. 3).

A l'entre et la sortie du schoir, la feuille est fixe avec un dispositif de serrage spcial, afin de ne laisser ni sortir l'air, ni entrer l'eau de pluie ou la poussire.

On pose les produits scher sur un grillage de 20 mm de haut qui est recouvert d'un tissu en polyestre mailles fines.

Lors du processus de schage, les produits scher sont exposs par le haut et par le bas et de manire homogne l'air chauff; de ce fait, ii n'y a pas besoin de les tourner. En traversant le schoir, l'air se charge d'humidit et l'emporte en dehors de l'appareil. La surface efficace du schoir est de 40 m2.


Fig. 3: Vue en coupe du schoir

Le tableau 2 donne une liste complte de tous les matriaux ncessaires pour la construction du schoir solaire

Dsignation

Dimensions

Quantit ncessaire

Sable


5 m3

Gravier

8/15

3 m3

Ciment

250/315 (CP J 35)

72 sacs

Hourdis

30 × 30 × 15 cm

615

Barres en acier de construction

10 mm × 12 m

36


8 mm × 12 m

45


6 mm × 12 m

45

Cornires en acier

30 × 30 mm × 6 m

10

Tube

1/2" × 6 m

4

Grillage

40 × 40 × 3 mm

40 m2

Tle galvanise

2000 × 1000 × 1.5 mm


Tissu en polyestre


40 m2

Lige × 500 × 20 mm

1,14 m3


Feuille en polyestre


83,2 m2

Peinture

noir, mat

30 kg

Profil de serrage

type Snappan

65 m

Petit matriel

(clous, vis, fil de fer, ruban adhsif pour cables...)


Alimentation en photo-voltaiaue

Ventilateur type FIAT Uno essence;

1


Module solaire SOLAREX MSX 83

1

Alimentation par rseau

Ventilateur EBM R4E 280 D;

1


Transformateur toroidale;

1


Rgulateur de temprature

1

Tableau 2: Liste des matriaux ncessaires pour la construction du schoir solaire type Marrakech pour le schage des fruits et lgumes

3.2 Le schoir solaire pour plantes mdicinales et aromatiques

Le schoir solaire type Marrakech adapt au schage des plantes mdicinales et aromatiques fut install en 1993 sur le terrain d'essai du CMV Sada. Le schoir avait t dvelopp en commun par tous les partenaires du projet au cours d'un seminaire sur le schage des plantes aromatiques et mdicinales organis en 1992 l'Universit de Hohenheim.

L'unit de schage est place dans un abri avec tot btire. Le schoir existant pour schage des fruits et lgumes a servi de capteur pour chauffer l'air. Le ventilateur initial a t remplac par un modle plus puissant. L'air chauff pntre dans la chambre d'expansion de l'abri travers un canal de liaison plac en amont et entirement amovible. L'abri a 7 m de long, 3,4 m de large et 5 m de haut (voir fig. 4).

L'air traverse de bas en haut les plantes mdicinales et aromatiques tales sur une grille. A cause de leur surface rugeuse, les herbes sont plus difficiles scher et demandent une plus grande quantit d'air les entourant que les fruits et lgumes, qu'on expose simplement au courant d'air chaud. C'est pour cela qu'on dote l'installation alimente par rseau d'un ventilateur radial plus puissant et celle alimente par photovoltaque d'un ensemble de 4 panneaux photovoltaques et de 3 ventilateurs axiaux monts en parallle.


Fig. 4: Schoir solaire type Marrakech pour le schage des plantes aromatiques et mdicinales

Les ventilateurs sont quips de buses d'insufflement d'air et de tles de guidage de l'air afin d'assurer la rpartition homogne de l'air l'intrieur du capteur.
L'air est aspir par le bas et pntre dans le capteur en passant entre l'absorbeur et le plastique.
Il atteint le compartiment de schage travers le canal de liaison.
La temprature est rgle comme dcrite au chapitre 3.1. Le volume d'air transport varie entre 0 et 3.850 m3/h.
Le tableau 3 rsume les caractristiques techniques du systme d'entranement par rseau.

Caractristiques

Units de mesure

Alimentation par rseau

Composantes


Ventilateur radial

Marque


Ziehl-Abegg

Type


RH40M-4Ek.4F.1R

Tension nominale

V

220

Courant nominal

A

2,4

Puissance nominale

W

520

Volume d'air transport

m3/h

4100

Vitesse nominale

tours/min

1365

Le canal de liaison est confectionn en contreplaqu revtu de styropore. Il est fix l'abri par des cornires. L'accs au capteur est facile: Il suffit de dgager les parties latrales et le fond du canal par quelques manipulations simples. Une feuille en plastique couvre le canal ouvert. Elle est fixe par des profils de serrage mtalliques (fig. 5).


Fig. 5: Vue en coupe du canal de liaison

L'extrieur du compartiment du schoir est maonn en briques. La charpente est construite de poutres en bois; le tot mme est en contreplaqu revtu de carton goudronn. Le fate est dot d'un capot de ventilation d'une hauteur de 30 cm (fig 6 et 7).

D'autres vents, chacun d'une dimension de 80 × 56 cm, se trouvent sur les deux cts latraux et un l'arrire. Tous les vents sont couverts d'un fin grillage pour empcher la pntration d'insectes.

Une porte deux battants permet le chargement direct du compartiment schoir partir de la rampe de chargement par un vhicule de transport.

L'air chaud parvenant du capteur entre dans la chambre d'expansion qui est isole thermiquement, se dilate, traverse verticalement le produit scher dispos sur un grillage en bois, absorbe la vapeur d'eau et s'chappe par les vents et le capot de ventilation.

Une plaque en bois coulissante peut tre facilement adapte hauteur du produit dcharg jusqu' concurrence de 1,5 m. Au cours du processus de schage, le produit entass peut tre retourn partir de la rampe l'aide d'une fourche.

Afin d'empcher le produit de salir la chambre d'expansion, le grillage en bois est recouvert d'un tissu en polyestre trs fin. Le grillage en bois est de 6 m de long et de 2 m de large. La surface du compartiment schoir est de 12 m2.


Fig 6: Vue en coupe de l'abri (compartiment schoir)


Fig. 7: Vue de ct de l'abri (compartiment schoir)

Le tableau 4 donne la liste complte des matriaux ncessaires pour construire l'abri du schoir.

Dsignation

Dimensions

Quantit ncessaire

Sable


4 m3

Gravier

8/15

4 m3

Ciment

250/315

80 sacs

Briques

40 × 15 × 10 cm

350

Hourdis

40 × 15 × 15 cm

550

Barres en acier de construction

10 mm × 12 m

07


8 mm × 12 m

24


6 mm × 12 m

06

Grillage en fil de fer

type moustiquaire

4 m2

Acier plat

50 × 5 × 6 m

4

Plaques en styropore

100 × 50 × 2 cm

70

Poutres en bois

7 × 20 × 600 cm

8


7 × 20 × 480 cm

2


7 × 20 × 420 cm

9


7 × 20 × 200 cm

1

Plaques en contreplaqu

200 × 122 × 1 cm

2


250 × 122 × 1 cm

12

Carton goudronn


40 m2

Petit matriel

(clous, vis, fil en fer, colle bois, tiges filetes, chamires,...)


Alimentation photo-voltaique

Ventilateur type FIAT Uno essence;

3


Module solaire SOLAREX MSX 83

4

Alimentation par rseau

Ventilateur Ziehl-Abegg RN 40 M

1


Transtormateur toroidal

1


Rgulateur de temprature

1

Tab. 4. Liste des lments ncessaire pour la construction du schoir solaire type Marrakech pour le schage des plantes mdicinales et aromatique

3.3 Liste des fournisseurs

Le tableau ci-dessous regroupe quelques fournisseurs spcialiss dans la vente des matriaux ncessaires pour la fabrication de schoirs solaires type Marrakech destins soit au schage des fruits et lgumes, soit au schage des plantes mdicinales et aromatiques.

Acier, profils en fer, tles, grillage, fils de fer:

COMPTOIR DES MINES, Rue de Yougoslavie, Marrakech-Guliz
COMPTOIR METALLURGIQUE MAROCAIN, Boulevard Mhd - Marrakech-Guliz
ETS SAFA, Boulevard Allal El Fassi, Marrakech
FATH METALL, Avenue Abdellah Ben Yassine, Marrakech Quartier Industriel

Poutres en bois, contreplaqu, feuilles en polythylne, carton goudronn, tissu en polyestre, petit matriel:

DROGERIE UNIVERSELLE DU SUD, Rue R'Mila, Marrakech Mdina
COMPTOIR BAB DOUKKALA, 11, Avenue Hassan II, Marrakech
ETABLISSEMENT DEBBAGH, 80, Rue Mouritania, Marrakech

Articles lectriques:

ELECTRICITE MENARA, 10, Avenue Fatim Zohra R'Mila, Marrakech
FOURNITURES GENERALES D'ELECTRICITE, 14, Boulevard Allal El Fassi, Marrakech

Profils de serrage (Snappan):

ABDELGHANI, 49, Avenue Fatim Zohra R'Mila, Marrakech

Ventilateur aliment par photovoltaque et par rseau:

AUTO HALL, Rue Yougouslavie, Marrakech-Guliz

Ventilateur aliment par rseau, module solaire, tlthermomtre, transformateur:

AFRISOL, 219, Rue Mustapha El Maani, Casablana

4. Techniques du schage

4.1 Techniques du schage des fruits et lgumes

4.1.1 Rendement

Le schoir solaire type Marrakech a un rendement spcifique lors de la transformation de l'nergie solaire en nergie thermique, que nous dcrirons par la suite l'aide de quelques exemples caractristiques.

La fig. 8 fournit, l'exemple d'une journe d't ciel dgag (20.06.91), les courbes du rayonnement global enregistr au cours de cette journe ainsi que celles de la temprature ambiante et de la temprature de schage mesure l'entre et la sortie du schoir.

Pour la journe en question, le rayonnement global mesur a atteint une valeur totale de 7,85 kWh/m2. Au znith, l'intensit maximale mesure tait de 973 W/m2. Le rayonnement global est absorb par le collecteur et le compartiment schage, transform en nergie thermique et conduit l'air de schage. Avec le rayonnement, la temprature de l'air de schage augmente et atteint, environ 45 minutes aprs le znith, 65° C l'entre de l'installation. Ceci correspond une augmentation maximale de la temprature l'intrieur du collecteur de 29° C.


Fig. 8: Valeurs pour le rayonnement global, la temprature ambiante (Q0) et la temprature de l'air de schage telles qu'en registres l'entre (Q1) et la sortie (Q2) du schoir le 20.06.1991 Marrakech (V = 730 m3/h).

A l'intrieur du schoir, la temprature augmente encore une fois jusqu' concurrence de 14° C. La temprature maximale mesure au cours de la journe la sortie du schoir tait de 79° C. Pendant la nuit, la temprature de l'air de schage tait d'environ 4° C infrieure celle de la temprature ambiante, et ce cause du rayonnement thermique de l'installation.

Si l'installation est charge de produits scher, l'air l'intrieur du schoir perd en temprature cause de l'eau dgage par les produits. La plus grande baisse de temprature est enregistre pour un produit trs humide; pour les produits relativement secs, il est possible de compenser la perte en temprature par absorption de l'nergie de rayonnement et mme d'augmenter la temprature vers la sortie du schoir. Ii se cre donc au cours du processus de schage un front de temprature qui se dplace en venant de l'entre vers la sortie du schoir.

La temprature l'intrieur du capteur augmente en fonction du rayonnement global (fig. 9). Plus la tension d'alimentation du ventilateur est faible, c'est--dire, plus le volume d'air transport est limit, plus la temprature de l'air augmente en passant par le capteur. Etant donn une intensit du rayonnement de 1000 W/m2 et une tension d'alimentation de 220 V (D = 1300 m3/h), le schoir solaire type Marrakech atteint une augmentation de temprature de 19° C. Pour une alimentation de 100 V (D= 730 m3/h), la valeur est de 29° C. Le point de coupure de la courbe de rgression avec l'abscisse indique la valeur partir de laquelle le capteur dgage de l'nergie thermique. Assumant un volume d'air transport de 1300 m3/h, le rayonnement global doit tre approximativement de 200 W/m2 pour compenser les pertes calorifiques de l'installation.

L'alimentation par photovoltaique a l'avantage du fait que la tension d'alimentation des ventilateurs et donc le volume d'air transport augmentent automatiquement avec l'intensit du rayonnement. Il est donc impossible que le produit scher soit dtrior par une temprature trop leve. Le point de fonctionnement dynamique varie au cours de la journe entre 370 et 930 m3/h. Pour une intensit du rayonnement de 1000 W/m2, le module solaire fournit 16,9 V; avec une tension d'alimentation infrieure 6 V, les ventilateurs s'arrtent et ne fonctionnent donc pas non plus pendant la nuit.


Fig. 9: Augmentation de la temprature l'intrieur du capteur en fonction du rayonnement global et de l'alimentation (100 ou 220 V)

La fig. 10 tablit la relation entre le rendement par unit de surface du collecteur avec le rayonnement global. Si l'air est reparti de manire constante et homogne, il existe une relation linaire entre l'nergie fournie par le capteur et le rayonnement global. Un minimum d'intensit de rayonnement est ncessaire pour que le capteur dgage de l'nergie rcuprable. L'intensit de rayonnement doit augmenter avec la diffrence de temprature crer et avec un volume d'air transport dcroissant.


Fig. 10: Rendement par unit de surface du capteur en fonction du rayonnement global (100 V = 730 m3/h, 220 V = 1300 m3/h),

Ceci est du au fait, que la dissipation de chaleur entre l'absorbeur et l'air transport augmente avec l'acclration de la vitesse de l'air, pendant que les pertes calorifiques diminuent. Chaque unit de rayonnement suprieure ce degr est convertie un taux constant en nergie rcuprable.

La fig. 11 fournit la courbe de rgression pour l'alimentation par rseau. Le taux de rendement journalier du collecteur se dduit de la courbe de rgression. Il est par exemple de 41% pour une tension d'alimentation de 100 V et de 45% pour une tension d'alimentation de 220 V.

Q =0,41 × G - 50

pour U = 100 V

Q = 0,45 × G - 50

pour U = 200 V

Fig. 11: Courbes de rgression pour rendement du capteur aliment par rseau

Dans le cas de l'alimentation en photovoltaique, l'nergie rcuprable augmente galement d'une manire linaire avec le rayonnement global, et ce partir d'une intensit de rayonnement de 300 W/m2. Avec une intensit de rayonnement de 1000 W/m2, le volume d'air transport sera de 930 m3/h et l'nergie rcuprable s'lvera ce moment-l environ 450 W par m2.

4.1.2 Le schage des abricots

La varit Canino mrit au Maroc, selon les conditions climatiques, entre fin mai et dbut juillet. La campagne de rcolte dure gnralement 4 semaines. Les fruits sont de taille moyenne, fort inciss, de surface presque lisse, de couleur orange parseme de petits points rouges. La pulpe est d'un jaune clair, d'une consistance dure, juteuse, aromatique et d'un got lgrement acide, riche en carotine (1,79 g/100 g) et en vitamine C (9,40 mg/100g). La varit Canino est presque exclusivement transforme par l'industrie de conserves.

Quant aux abricots, un chargement consiste gnralement en 640 kg d'abricots frais. Aprs dcoupage des abricots en oreillons et dnoyautage, 600 kg d'oreillons en restent. Toutes les tapes dcrites ci-dessous se rfrent cette chane de transformation.

Prparation:

Enlever les fruits gts, pas mrs ou endommags ainsi que les imprets. Laver les fruits pour dgager les rsidus d'insecticides et de salet. Ensuite, dcouper les abricots en oreillons sur une table de travail spciale l'aide de couteaux pointus et courbs le long de leur souture abdominale en les tournant lgrement. Les dnoyautes Contrler la pulpe et les infestations d'insectes; carter les pulpes pourries. Rassembler les noyaux dans un endroit spar. N'utiliser pour le schage que des fruits d'excellente qualit.

Prtraitement:

Les fruits sont soumis un pr-traitement au soufre afin de prserver leur couleur, leur got et leur contenu en vitamines A et C et de les protger contre la contamination par micro-organismes. La sulfuration se poursuit de la manire suivante: Tremper les oreillons pendant 30 minutes dans une solution de bisulfite de sodium 7% (Na2S2O5) (dissoudre dans chaque 1001 d'eau 7,5 kg de Na2S2O5). Garder la proportion entre abricots et eau de trempage 1:3 de bain de trempage. Une unit de 600 kg peut donc tre trempe successivement par units de 100 kg. La solution de trempage utilise peut se conserver durant toute la campagne de schage. Aprs avoir tremp une unit de 600 kg, remplir la cuve jusqu'au repre initial avec de l'eau et ajouter la quantit de Na2S2O5 correspondante, ainsi que 2,1 kg Na2S2O5 quivalent la quantit dj absorbe par les abricots. Refermer la cuve jusqu'au trempage de la prochaine unit de chargement l'aide d'une bche ou d'un couvercle pour assurer l'tanchit l'air. Afin de prvenir des effets nuisibles la sant, la teneur des abricots en SO2 est limite en Europe 2000 mg/kg. Le processus de trempage tel que dcrit ci-dessus ne dpassera pas cette valeur limite.

Schage:

Poser les oreillons, la surface de coupe vers le haut, les uns inclins contre les autres, dans une couche unique sur le grillage du schoir (densit d'entreposage: 15 kg/m2). Fermer le schoir et dmarrer le processus de schage. Afin d'viter un endommagement des fruits, la temprature de l'air de schage ne doit pas dpasser 65° C. Pour les schoirs raccords au rseau, la temprature maximale est d'abord rgle manuellement, et un thermomtre veille sur la variation de ces valeurs. Les schoirs aliments en photovoltaique sont rgls automatiquement. Le processus de schage est termin, c'est--dire, la teneur en humidit finale de 25% est atteinte, si lors d'une pression sur les fruits entre index et pouce, le jus ne sort plus. On peut donc sortir le produit final (120 kg d'abricots) du schoir. Dans des conditions normales ( ciel dgag), le processus de schage prend, en t, environ 2 jours.

Stockage:

Mettre les abricots schs dans des cartons recouverts intrieurement par du plastique. Les garder dans un endroit frais et l'abri du soleil. Le lieu du stockage est garder propre et bien ar, en assurant qu'il n'y entrent ni insectes, ni rongeurs. Contrler rgulirement la qualit du produit.

Main d'oeuvre:

Le temps ncessaire pour prparer et soufrer une unit de chargement (600 kg d'abricots) est estim 50 personnes-heures. Le chargement du schoir consomme 16 personnes-heures de plus et le dchargement ainsi que l'emballage 0,6 p-h supplmentaires.

Plan de travail:

Avec une quipe de 8 ouvriers, les tapes de travail peuvent se drouler de la manire suivante:

- 09.00 - 12.00 Prparation
- 12.00 - 13.30 Pause
- 13.30 - 16.45 Pr-traitement
- 16.45 - 16.50 Dchargement du schoir
- 16.50 - 18.50 Chargement du schoir

Si un plus grand nombre d'ouvriers est disponible, le schoir peut tre charg plus tt. Ceci n'entranera cependant aucun changement dans le rythme bi-journalier du travail, qui dpend de la dure du schage.

Le comportement du schoir type Marrakech lors du schage varie fortement au cours de la journe, parce que la temprature de l'air de schage augmente ou baisse en relation directe avec le rayonnement global. La fig. 12 reprsente la courbe exemplaire du comportement des abricots lors du schage dans un schoir aliment par rseau pour la priode du 21.06. au 23.06.92. L'installation avait t charge 18:00 h avec 600 kg d'abricots en oreillons prtraits. Le volume d'air transport tait de 1000 m3/h.

Pendant la premire nuit, l'humidit des fruits a baiss de 85% 82%. La journe suivante, 18:00 h. l'humidit des fruits avait atteint 65% . Aprs un processus de schage d'un total de 47 heures, le degr d'humidit finale (25%) avait t obtenu le deuxime jour 17:00 h. L'installation avait produit 120 kg d'abricots schs (cf tableau 6).

Pour le schoirs aliment en photovoltaique, le ventilateur ne fonctionne pas au cours de la nuit. Pendant la journe, quand le volume d'air qui traverse le schoir augmente en fonction au rayonnement global, le niveau de la temprature est tout moment de la journe trs lev. C'est pour cela que ce type de schoir ralise le processus de schage dans le mme dlai que celui aliment par rseau malgr l'absence de ventilation pendant la nuit.


Fig. 12: Processus de schage des oreillons d'abricots dans le schoir solaire aliment par rseau

Tableau 6: Grandeurs caractristiques pour le schage d'oreillons d'abricots dans le schoir solaire aliment par rseau

Paramtre

Unit

Grandeur

Surface du schoir (compartiment schage)

m2

40

Quantit de chargement

kg

600

Dure du schage

h

47

Quantit d'eau extraite

kg

480

Dbit

m3/h

1000

Quantit retire (finale)

kg

120

Besoin en nergie lectrique

kWh

1,4

4.1.3 Le schage des raisins

La varit King's Ruby mrit au Maroc, en fonction des conditions climatiques, entre fin aot et fin octobre. La campagne de rcolte dure environ 9 semaines. Les raisins sont petits, sans grains et trs sucrs; leur couleur varie entre le blanc et le rouge bordeaux Cette varit a initialement t cultive au Maroc afin de produire du sucre liquide artificiel, mais la sucrerie devant les traiter ne fut jamais construite Comme la varit King's Ruby ne peut tre consomme comme fruit de table, on la transforme aujourd'hui presqu'exclusivement en raisins secs l'aide d'installations de schage industrielles.

Une unit de chargement contient environ 800 kg de grappes. Toutes les tapes dcrites par la suite se rfrent cette unit:

Prparation:

Enlever les fruits gts, pas mrs ou endommags ainsi que les impurets. Laver les fruits pour dgager les rsidus d'insecticides et de salet. Ensuite, partager les grandes grappes en incisant le bout de la queue par les ongles du pouce et de l'index, puis tirer la queue en deux. N'utiliser pour le schage que des fruits d'excellente qualit!

Pr-traitement:

Afin d'enlever la couche cire des grains pour augmenter le degr de diffusion de la vapeur d'eau ainsi que pour liminer les micro-organismes, les fruits sont soumis un pr-traitement alcalin. A cet effet, tremper les fruits pendant 3 minutes en les agitant constamment d'une manire forte dans une solution aqueuse comportant 7% du carbonate de potassium (K2CO3) et 0,2% de l'huile d'olives (dissoudre dans 100 litres d'eau 7,5 kg de K2CO3 et 0,215 litres d'huile d'olives).

Prtraitement:

Garder la proportion entre fruits et solution de trempage 1:3, c'est--dire, pour tremper 30 kg de grains la fois, on utilisera 90 litres de solution de trempage. L'unit de chargement totale peut donc, successivement, tre pr-trate par 27 bains de trempage. Renouveler la solution de trempage au plus tard aprs 3 semaines, car l'huile d'olives rancit. Ajouter toujours de petites quantits d'huile d'olives frache au bain de trempage. Aprs avoir sorti une unit partielle de trempage, toujours ajouter de l'eau jusqu'au niveau initial et y verser la quantit correspondante de K2CO3 Ensuite, tancher contre l'introduction d'air le rservoir contenant la solution de trempage par un couvercle ou du plastique jusqu'au prochain chargement.

Schage:

Poser les grains sur le grillage du schoir (densit d'entreposage: 20 kg/m2). Fermer le schoir et dmarrer le processus de schage. Afin d'viter un endommagement des fruits, la temprature de l'air de schage ne doit pas dpasser 65° C. Pour les schoirs aliments par rseau, la temprature maximale est d'abord rgle manuellement, et un thermomtre veille sur la variation de ces valeurs. Les schoirs aliments en photovoltaique se rglent automatiquement. Le processus de schage est termin, c'est--dire, la teneur en humidit finale de 20% est atteinte, si lors d'une pression sur les fruits entre l'index et le pouce le jus ne sort plus. On peut donc sortir le produit final (200 kg de grains) du schoir. Dans des conditions normales, le processus de schage dure environ 6 jours (de l'automne).

Post-traitement:

Frotter les raisins schs entre les paumes des mains afin de dgager les tiges rigides. Verser ensuite les raisins secs dans un tamis et sparer par tamisage les tiges des grains. Eliminer les tiges restantes la main.

Stockage:

Stocker les raisins secs dans des cartons recouverts intrieurement de plastique. Les garder dans un endroit frais l'abri du soleil. Le lieu de stockage est garder propre et bien ar, en assurant qu'il n'y entre ni insectes, ni rongeurs. Contrler rgulirement la qualit du produit.

Main d'oeuvre: Le temps ncessaire pour prparer et pr-traiter une unit de chargement est estim 38 personnes-heures au maximum (suivant la qualit du produit). Le chargement du schoir demande 2 p-h de plus et le dchargement ainsi que l'emballage 8 p-h supplmentaires.

Plan de travail: Pour une quipe de 6 ouvriers, les tapes de travail peuvent se drouler de la manire suivante:

- 08.00 - 12.00 Prparation
- 12.00 - 13.30 Pause
- 13.30 - 15.50 Prparation et pr-traitement
- 15.50 - 15.55 Dchargement du schoir
- 15.55 - 16. 15 Chargement du schoir
- 16.15 - 17.30 Post-traitement et emballage

La figure 17 reprsente la courbe du processus de schage des raisins enregistre entre le 21.09. et le 27.09.91 pour le schoir solaire aliment par rseau.

L'installation a t charge 16:00 h avec 800 kg (20 kg/m2) de raisins prtraits; la quantit totale d'air passe tait de 1.000 m3/h), La teneur initiale en humidit des grappes tait de 80%. Le rsultat, une teneur en humidit rsiduelle de 20%, a t atteinte le sixime jour de schage 12:00 h. c'est--dire, aprs un total de 140 heures de schage. On a pu retirer 200 kg de raisins secs du schoir. A partir de la quatrime nuit, il est impratif d'teindre le ventilateur durant la nuit pour viter une rhumidification des raisins.


Fig. 17: Courbe-type du processus de schage des raisins dans le schoir solaire aliment par rseau

Si l'installation est alimente par module photovoltaique, aucune mesure particulire n'est prendre (cf. tableau 7)

Tableau 6: Grandeurs caractristiques pour le schage de raisins dans le schoir solaire aliment par rseau

Paramtre

Unit

Grandeur

Surface du schoir

m2

40

Quantit charge

kg

800

Dure du schage

h

140

Quantit d'eau extraite

kg

600

Dbit

m3/h

1000

Quantit retire (finale)

kg

200

Besoin en nergie lectrique

kWh

4,2

4.2 Techniques de schage des plantes aromatiques et mdicinales

4.2.1 Rendement

La fig. 22 prsente la courbe des valeurs enregistres le 11.08.1993 l'entre du capteur et du schoir relatives au rayonnement global au cours de la journe et la temprature de l'air de schage pour un schoir non charg.

Le rayonnement global journalier atteint une valeur de 6,92 kWh/m2. Au znith, l'intensit maximale du rayonnement tait de 900 W/m2. La temprature de l'air de schage augmente avec le rayonnement global et atteint environ 90 minutes aprs le znith, une valeur de 53° C l'entre du schoir. Cette valeur correspond une augmentation maximale l'intrieur du collecteur de 13° C. Si le processus de schage est en cours, la temprature de l'air l'intrieur du schoir diminue cause de l'vaporation des produits schs.


Fig. 22: Valeurs enregistres au cours de la journe du 11.08.1993 Marrakech relatives au rayonnement global et la temprature de l'air de schage ( l'entre du capteur et du schoir). (D=3850 m3/h),

La plus grande diminution de temprature est enregistre lorsque les produits ont un haut degr d'humidit. Au cours du processus de schage, la chaleur atteint, successivement en direction verticale, d'abord les couches basses du produit et ensuite les plus hautes.

La fig. 23 met en rapport le rendement par unit de surface du capteur avec le rayonnement global. Puisque le capteur stocke la chaleur, il est ncessaire de dpenser, au cours de la matine, une grande partie de l'nergie rayonne pour le chauffer, pendant qu'il dgage la chaleur stocke, au cours de l'aprs-midi, l'air de schage. La pente de la courbe de rgression indique le rendement journalier du capteur, qui est de 47%.


Fig. 23: Rayonnement global G Rendement du capteur en fonction du rayonnement global (220 V = 3850 m3/h)

4.2.2 Le schage de la menthe (mentha pulegium)

On a sch jusqu' prsent sur le schoir solaire type Marrakech pour plantes mdicinales et aromatiques de la menthe (mentha pulegium), de la verveine (lippia citriodora) et de la sauge. On dcrira, suite l'exemple de la menthe, le processus de schage solaire adapt aux herbes et aux plantes aromatiques.

Plante en automne cette varit de menthe peut tre coupe au Maroc jusqu' trois fois au cours de l'anne qui suit la plantation. Ses feuilles ont une couleur verte fonce et sont soit ovoides soit lanciformes. Leur bordure est ondule et ingalement incise. La plante atteint une hauteur de 50 100 cm, ses tiges se ramifient lgrement et produisent des surgeons au-dessus du sol. Ses huiles essentielles se composent de 50 80% du carvon et un moindre degr de cinol, limone et linalool. Mentha pulegium comporte galement des rsines, chicotins et tanins et on l'utilise dans la plupart des cas en tant que plante frache ou sche pour des infusions. Les huiles essentielles de cette varit sont transformes par les industries productrices de confiserie et d'pices ainsi que par l'industrie pharmaceutique.

Description du processus de schage:

Charger la menthe directement aprs la coupe dans le schoir et rpartir de manire gale l'aide d'une faneuse. La teneur en humidit de la menthe frache est gnralement de 82%. Le schoir pourra tre charg jusqu' un degr de 50 kg/m2 de menthe frache, dans ce cas, la hauteur du produit entass atteindra environ 80 cm. Ne pas dpasser cette hauteur, afin que les herbes puissent tre retournes. La quantit maximale chargeable correspond donc 600 kg de menthe frache. Fermer le schoir et dmarrer le processus de schage. Ne pas dpasser 50°C pour l'air de schage afin d'viter l'endommagement des plantes. Si l'on atteint cette valeur critique l'entre du schoir dans les mois de juillet et aot, couvrir le collecteur partiellement pendant quelques heures avec une bche. Pendant les autres mois de schage, cette mesure de prcaution n'est pas ncessaire. Retourner les herbes scher le matin et le soir. Le processus de schage est termin (c'est--dire, la teneur finale en humidit de 10% est atteinte) si le produit se laisse facilement mietter entre les paumes de la main. Le processus de schage varie en fonction de la quantit charge et dure au maximum 4 jours. Remplir ensuite le produit sch dans de grands sacs en papier propres et garder dans un endroit frais et sec l'abri du soleil. Veiller ce que le lieu de stockage soit bien ar et protg contre les insectes et rongeurs. Contrler rgulirement la qualit de la marchandise.

La fig. 24 reprsente la courbe caractrisant le processus de schage de la menthe entre le 6 aot et le 7 aot 1993 pour un schoir solaire aliment par rseau. L'installation a t charge 9:00 h avec 200 kg (16,7 kg/m2) de menthe frache Le volume d'air de schage inject tait de 3.800 m3/h), La menthe avait une humidit initiale d'environ 82%. On a obtenu la teneur en humidit finale de 10% le lendemain 18:00 h. c'est--dire, aprs 33 heures de schage. On a pu retirer de l'installation 40 kg de menthe sche (voir tableau 8).


Fig. 24: Courbe-type du processus de schage de la menthe dans le schoir solaire aliment par rseau

Tableau 8: Grandeurs caractristiques pour le schage de la menthe dans le schoir solaire aliment par rseau

Paramtre

Unit

Grandeur

Surface du schoir

m2

12

Quantit charge

kg

200

Dure du schage

h

33

Quantit d'eau extraite

kg

160

Dbit

m3/h

3800

Quantit retire (finale)

kg

40

Besoin en nergie lectrique

kWh

17,2

5. Aspect conomique du schage solaire

5.1 Production

5.1.1 Cots d'investissement et d'installation

Les cots d'investissement pour un schoir solaire type Marrakech pour le schage des fruits et lgumes s'lvent 23.683,- Dirhams (situation: 01.06.1993 - cf tableau 9) dont 17.940,Dirhams pour le matriel. Un maon avec deux aide-maons finissent normalement la construction du schoir en 20 jours. Si le maon gagne par jour 45 - Dirhams et les aide-maons 34,20 Dirhams chacun, les frais de main d'oeuvre atteignent au total 2.268,- Dirhams. L'investissement est amorti de manire linaire sur une priode de dix ans. Le taux d'amortissement annuel est de 2.368,30 Dirhams.

En dehors des cots d'investissement, il faut tenir compte des frais pour les intrts et des frais administratifs de l'entrepreneur. Sur la base d'un taux d'intrt de 9% qui correspond au taux des prts long terme accord par la Caisse Nationale de Crdit Agricole (Banque El Maghrib, situation de juin '93), les frais rembourser pour les intrts sont de 1.065,74 Dirhams. On regroupe sous l'intitul "frais administratifs de l'entrepreneur", estims 300 Dirhams, tous les travaux de l'agriculteur qui ne sont pas encore compris dans les salaires, comme les travaux de comptabilit ainsi que la formation et la surveillance des ouvriers.

Tableau 9: Cots d'investissement d'un schoir solaire type Marrakech (situation: 01.06.93)

Dsignation

Mode de calcul

Dirham

Frais de matriel:

Sable

5 m3 × 62,30 DH

311,60

Gravier

3 m3 × 42,50 DH

127,50

Ciment

72 sacs × 25 50 DH

1.836,--

Hourdis, briques

615 × 3,80 DH

2.340,--

Barres en acier de construction

580 kg × 5,86 DH

3.400,--

Grillage en fil de fer

40 m2 × 73,-- DH

2.920,--

Acier plat

6 m2 × 130,--

780,--

Plaques en styropore

40 m2 × 25,-- DH

1.000,--

Lige

1,15 m3 × 1.740,--

2.000,--

Plastique en polyestre

83,2 m2 × 4,50 DH

375,--

Peinture

30 kg × 25,-- DH

750,--

Petit matriel


2.100,--

Alimentation photo-voltaique ou:

Ventilateur (Fiat Uno)

1.000,--


Module solaire (MXP 83)

2.475,--

Alimentation par rseau

Ventilateur (ebm)

1.670,--


Transformateur

845,--


Thermostats

960,--

Main d'oeuvre:

Maons

20 jours de travail × 45,-- DH

900,--

Aide-maons

40 jours de travail × 34,20 DH

1.368,--

TOTAL:


23.683,--

5.1.2 Cots de production des abricots schs par schoir solaire

Les cots de production pour les abricots de varit Canino schs au schoir solaire ont t calculs en supposant qu'on utilise le schoir dans une exploitation agricole qui ne scherait aucun autre produit.

Les cots variables par unit de chargement (600 kg d'oreillons d'abricots dnoyauts @ 639 kg d'abricots frais) s'lvent 1.062,20 Dirhams (tableau 10). La plus grande part est constitue par le produit brut dont les cots de production reviennent 1,16 Dirhams/kg. Les frais engager pour la sulfurisation, l'emballage et l'entretien sont relativement minimes et ne s'lvent qu' 47,38 Dirhams. Le schoir aliment par rseau consomme additionnellement 2,40 Dirhams pour 1' lectricit. Le dnoyautage, le traitement au soufre ainsi que le chargement/dchargement du schoir demandent 8 ouvriers pour une dure d'une journe entire. Les cots de la main d'oeuvre s'lvent donc 273,60 Dirhams.

Tableau 10: Cots variables pour le schage de 600 kg d'abricots par le schoir solaire

Catgorie de cots

Mode de calcul

Dirham

Frais affrents aux matires:



Abricots

639 kg × 1,16 DH

741,24

Na2S2O5

2,4 kg × 9,16 DH

21,98

Eau

1 m3 × 2,50 DH

2,50

Emballage


8,00

Entretien


14,90

Cot de la main d'oeuvre:

8 H/J × 34,20 DH

273,60

Total: (120 kg


1,062,22

d'abricots schs)



Cot unitaire de production
(pour 1 kg d'abricots schs)


8,85

Le processus de schage dure 2 jours. Le coefficient de production est estim 0,188, c'est--dire, qu'on obtient 120 kg d'abricots schs partir de 639 kg d'abricots frais. Les cots variables par kg d'abricots schs galent 8,85 Dirhams.

La priode favorable pour la rcolte de la varit Canino dure environ 4 semaines. En l'absence de moyens de refrigration, il faut la traiter au cours de cette priode, sinon elle prit vite

Etant donn un processus de schage de deux jours, une installation de schage est capable de scher, par campagne de rcolte, 14 units de chargement, c'est--dire, 8.946 kg d'abricots frais en 1.680 kg d'abricots schs. Le tableau 11 dmontre les frais totaux engager par campagne de rcolte.

Les cots de production par schage solaire pour la varit Canino s'lvent 11,07 Dirhams par kg et sont donc de 1,26 Dirhams infrieurs ceux des produits turcs schs de manire traditionnelle.

Tableau 11: Cots de production des abricots schs par campagne

Catgories de cots

Dirham

Frais affrents la matire premire

11.040,68

Cot de la main d'oeuvre

3.830,40

Amortissement du schoir

2.368,30

Cots incorporables

1.365,74

Total: (production de 1680 kg)

18.605,12

Cot de production unitaire par kg

11,07

En supposant qu'un hectare donne un rendement de 16 t/an, un schoir solaire du type tunnel peut scher la rcolte de 0,6 ha plants en abricotiers. S'il y a besoin de transformer la rcolte de surfaces plus tendues, il faut envisager l'installation de plusieurs schoirs (voir fig. 28).


Fig. 28: Besoin en schoirs solaires de type tunnel en fonction de la surface cultive en abricotiers

5.1.3 Cots de production des raisins schs par schoir solaire

Les cots de production pour les raisins de varit King's Ruby schs par schoir solaire sont calculs en supposant qu'il n'y a aucun autre produit sch en mme temps.

Les cots variables par unit de chargement (800 kg de grappes) s'lvent 1.197,86 Dirham (cf. tableau 12). La plus grande part est due aux frais affrents la matire premire brute, dont les cots de production reviennent 1,15 DH/kg. Les frais affrents au traitement au soufre, l'emballage et l'entretien ne s'lvent qu' 72,66 DH. Si le schoir est aliment par rseau, il s'ajoute 7,20 DH Les processus de nettoyage des grappes, traitement au soufre ainsi que chargement et dchargement du schoir ncessitent une quipe de 6 personnes pendant une journe entire. Le cot de la main d'oeuvre est donc estim 205,20 DH.

Tableau 12: Cots variables pour le schage d'une unit de raisins par le schoir solaire

Catgorie de cots

Mode de calcul

Dirham

Frais affrents aux matires premires:



Raisins (grappes)

800 kg × 1,15 DH

920,00

K2CO3

4.6 × 9,10 DH

41,86

Eau

1 m3 × 2,50 DH

2,50

Emballage


800

Entretien


14,90

Cot de la main d'oeuvre:

6 H/J × 34,20 DH

205,20

Somme: (120 kg de raisins schs)


1.197,86

Cot unitaire de production
(pour 1 kg de raisins secs)


5,99

Le processus de schage dure six jours. Le coefficient de production est estim 0,25; on obtient donc 200 kg de raisins schs pour 800 kg de raisins frais. Le cot unitaire de production par kg de raisins secs se situe 5,99 Dirham.

La priode de rcolte pour la varit King's Ruby dure environ 9 semaines. Etant donn une priode de schage de 6 jours, il est donc possible de transformer par campagne de rcolte, 10 units de chargement (soit 8.000 kg de raisins frais) en 2.000 kg de raisins secs. Le tableau 13 montre les cots de production des raisins secs par campagne. Les cots de production pour la varit King's Ruby sche par schoir solaire se situent 7,86 Dirham/kg.

Tableau 13: Cots de production d'abricots schs par campagne

Catgories de cots

Dirham

Frais affrents la matire premire

9.926,60

Cot de la main d'oeuvre

2.052,00

Amortissement du schoir

2.368,30

Cots incorporables

1.365,74

Somme: (production de 2.000 kg)

15.712,64

Cot unitaire de production par kg

7,86

En supposant qu'un hectare donne un rendement de 20 t/an, un schoir solaire du type tunnel peut scher la rcolte de 0,4 ha cultivs en raisins. Pour scher la rcolte de surfaces plus tendues, il faut envisager l'installation de plusieurs schoirs (voir fig. 29).


Fig. 29: Besoin en schoirs solaires du type tunnel en fonction de la surface cultive en raisins

5.1.4 Exploitation du schoir par des produits diffrents

Les calculs labors jusqu' prsent ont toujours suppos que le schoir solaire n'tait exploit que pour une seule culture, par exemple, soit, pour le schage des abricots, soit, pour le schage des raisins. Comme la capacit du schoir n'est ainsi exploite que pendant 4 respectivement 9 semaines dans l'anne, ce mode d'utilisation est non rentable. Les cots de production cits ci dessus doivent donc s'entendre comme des valeurs maximales, c'est--dire, dans le cas, o l'exploitatant du schoir est oblig de couvrir les frais d'achat et les frais fixes par la vente des abricots ou des raisins schs.

Dans le cas, par contre, o l'on sche, entre mai et juin des abricots et entre septembre/octobre des raisins, les cots de production baissent. La production d'un kilo d'abricots secs reviendra donc 9,84 DH seulement et d'un kilo de raisins 7,03 DH (voir tableau 14).

On a sch par schoir solaire non seulement des abricots et raisins mais aussi la varit de poivrons NIORA, des pches et de la viande. Le schoir est cependant conu pour scher toute une gamme de produits, dont les figues, pommes, dattes, onions, carottes etc. Il est conseill de combiner le schage de diffrents produits ayant chacun une priode de rcolte diffrente, afin d'exploiter l'installation pendant une plus longue dure de l'anne.

Tableau 14: Cots de production des abricots et raisins schs par campagne

Catgories de cots

Dirham


Abricots

Raisins

Frais affrents la matire premire

11.040,68

9.926,60

Cot de la main d'oeuvre

3.830,40

2.052,00

Amortissement du schoir

1.052,58

1.315,72

Cots incorporables

607,00

758,74

Total:

16.530,66

14.053,06

Cot unitaire de production par kg

9,84

7,03

Cette dmarche peut tre ralise de deux manires diffrentes:

1. Un seul agriculteur utilise le schoir, mais sche des produits ayant des priodes de rcolte diffrentes

2. Plusieurs agriculteurs utilisent un schoir ensemble, de sorte qu'ils schent, l'un aprs l'autre, leurs produits ayant chacun des priodes de rcolte diffrentes.

La premire voie ne permettra probablement pas d'exploiter le schoir de manire satisfaisante, car il y a peu d'agriculteurs avec une gamme suffisamment large de cultures.

La deuxime voie est facilement ralisable par une association de bnficiaires ou une cooprative, dont les membres contribuent fournir le capital ncessaire l'investissement. Une solution alternative serait la location du schoir d'un agriculteur ses voisins. Supposant une capacit libre, l'agriculteur pourrait scher contre paiement les produits fournis par ses voisins.

Une autre possibilit constitue le schage sur commande: Une entreprise appartenant, par exemple, au secteur agro-alimentaire, se chargera du financement des schoirs, qu'elle installera auprs des agriculteurs. Les agriculteurs agiront ensuite en tant que producteurs lis par contrat et fourniront sur commande la quantit de produits schs que l'entreprise commercialisera aprs.

Il est galement possible de concevoir le schage proche des marchs municipaux, sur lesquels s'coule tout genre de fruits et lgumes pour viter de dpendre des rcoltes et quantits rcoltes telles que rencontres en campagne et exploiter mieux la capacit du schoir. Dans ce cas l, il serait avantageux que du personnel qualifi du secteur agro-alimentaire prenne en charge l'exploitation des schoirs, car par son exprience il parviendrait plus rapidement matriser les techniques de schage et de commercialisation particulires cette nouvelle technologie. Par contre, le problme qui pourrait se poser dans ce contexte, est le terrain pour le schoir, parce que la proximit des marchs rend les terrains rares et chers.

5.2 Commercialisation

5.2.1 Abricots

5.2.1.1 Le march marocain

Au Maroc, les abricots schs sont presque inconnus sur le march national. Ils ne sont en vente que dans certains magasins spcialiss Casablanca ou Rabat un prix variant entre 70 et plus de 100 Dirhams par kg. La marchandise d'un got gnralement trs sucr provient gnralement de Turquie et jamais de la production agricole marocaine.

Etant donn cette situation, on a lanc en 1993 une enqute parmi les consommateurs et un test de vente avec des abricots marocains schs par schoir solaire. Le but de ces dmarches tait d'analyser d'abord les habitudes d'achat des consommateurs, de relever les potentialits de la demande, de dterminer les bnfices bruts et les prix aux consommateurs afin de les comparer avec les cots de production.

On a labor pour l'enqute un questionnaire standardis et prpar des chantillons de 500 9 d'abricots schs avec des informations sur le produit. L'enqute a t faite dans 100 mnages reprsentatifs de tous les secteurs conomiques de la ville de Marrakech et dont au minimum un membre de famille avait un emploi.

Les mnages enquts comportaient en moyenne 7 personnes. Le revenu moyen des mnages tait d'environ 4,720 Dirham/mois. 93% des mnages dclaraient ne pas avoir connu les abricots schs en tant que produits alimentaires avant l'enqute.

Dans la plupart des cas, les abricots schs ont t consomms tels quels sans cuisson; quelques-fois, ils ont t utiliss dans les tajines la place des pruneaux. Uniquement 10% des mnages se dclaraient prts intgrer les abricots schs dans des gteaux. La moyenne des mnages ne voulait dpasser le prix de 19,81 Dirhams pour un kilo d'abricots; 31% paieraient au maximum 24 Dirhams, et 22% pourraient encore accepter un prix de 30 Dirhams.

Les tests de vente Marrakech et Casablanca se sont drouls de la manire suivante: Les revendeurs ont reu des chantillons de 500 9 qu'ils devaient vendre pour au minimum 20 Dirham/kg. Les prix de vente pratiqus ont vari ensuite entre 23 et 30 Dirhams, c'est--dire que les marges des dtaillants variaient entre 15 et 50%. C'est aux supermarchs, que les meilleures ventes ont pu tre ralises; par contre, dans la mdina (la vieille ville), le taux d'acceptation tait mineur.

L'obtention d'un prix de vente de 24 Dirhams/kg pour un produit d'un cot de production de 11,07 Dirhams/kg permettrait de raliser une marge brute suprieure 100 %. Pour un produit aux bonnes capacits de stockage et d'un volume de transport rduit, cette valeur suffirait dj largement pour assurer le fonctionnement du systme de distribution. A cause des habitudes traditionnelles des consommateurs marocains, il serait cependant ncessaire de dvelopper le march intrieur avant de pouvoir couler la marchandise. La demande n'augmentera donc que lentement. S'il tait par contre possible de rpercuter sur les consommateurs la rduction des cots de production ralisable par le biais d'une meilleure exploitation des schoirs, on enregistrerait probablement bientt un accroissement soutenu de la demande.

5.2.1.2 Le march en Allemagne et en Suisse

Deux analyses de march ont t faites au cours des annes 1991 et 1992 auprs des importateurs allemands et suisses de fruits schs.

La premire analyse avait pour but de rechercher des informations de caractre gnral sur la situation du march commercial, sa structure et le comportement des intervenants. La deuxime analyse devait valuer, l'aide d'chantillons, les possibilits d'coulement sur les marchs des abricots schs en provenance du Maroc. La premire action visait 115 importateurs, dont 28 ont rpondu au questionnaire. Ces 28 entreprises ont reu galement le deuxime questionnaire, et 16 d'entre elles l'ont renvoy rempli.

Gnralement, les chantillons soumis pour test aux importateurs ont t accepts. Ils les ont apprci surtout du point de vue couleur, teneur en soufre, mode de traitement et humidit rsiduelle. Ils ont critiqu par contre l'acidit des fruits, leur duret; et leur taille (petite, ingale).

Sept des 16 entreprises chantillonnes ont marqu leur intrt de principe d'importer des abricots schs marocains. Concernant les prix, elles s'orientaient vers la marchandise turque.

Les prix rclams entre octobre et novembre 1951 pour les abricots schs en provenance de Turquie taient juste infrieurs 19.000 Dirhams/tonne (calcul du prix sur la base F.O.B. Izmir). En janvier 1992, ils avaient dj atteint 28.500 Dirhams pour aboutir en juin 1992 31.300 Dirhams. Aprs une bonne rcolte en 1992, les prix ont ensuite baiss pour arriver de nouveau en automne 1992 20.000 Dirhams/t.

En supposant une marge de 50% pour le commerce national, il serait possible d'offrir les abricots marocains schs par schoir solaire un prix variant entre 19.000 et 22.000 Dirhams/tonne sur la base F.O.B. Casablanca (en fonction de la saison et des frais d'entreposage). Ce prix est comptitif sur le march mondial, car infrieur au prix du concurrent principal, la Turquie. De plus, le Maroc a l'avantage de pouvoir rcolter donc couler la marchandise 6 semaines plus tt que la Turquie.

5.2.2 Raisins secs

Au Maroc, les raisins secs font partie des denres alimentaires frquemment utilises, en particulier en tant qu'lment du couscous et de la tajine. Sur le march, un grand nombre de varits de qualits diffrentes est en vente. Parmi les critres de qualits comptent - par ordre d'importance - la couleur, la taille, l'absence de grains, la teneur en sucre et en humidit rsiduelle. L'offre varie entre des raisins secs de couleur noire, de petite taille et avec grains, jusqu'aux varits de grande taille, couleur ambre et sans grains. Les prix aux consommateurs varient entre 6 et 35 Dirhams/kg.

Les grappes de la varit King's Ruby sont soit blanches soit noires. Une fois sches dans des schoirs industriels fuel ou gaz des tempratures leves, ces grappes prennent une couleur maron fonc. Comme les tempratures restent relativement basses au cours du schage solaire, la couleur originale des grappes est maintenue et les raisins secs en provenant sont soit bruns, soit ambrs.

Une enqute mene en 1991 auprs des dtaillants de fruits schs Marrakech a relev que leur prix d'achat pour les raisins schs industriellement variait entre 13 et 17 Dirhams/kg. Pour les raisins schs par schage solaire, par contre, les prix d'achat variaient entre 15 et 19 Dirhams/kg; un dtaillant offrait mme 25 Dirhams/kg. Le prix aux consommateurs avait t estim entre 20 et 24 Dirhams/kg. Les revendeurs pensaient mme, que si les raisins taient tris par couleur, ils pourraient obtenir encore des prix plus levs.

Si la marchandise est coule par l'intermdiaire d'un grossiste, il faut prvoir une marge supplmentaire de 3 5 Dirhams/kg en fonction de la quantit achete et de la distance de transport.

5.2.3 Autres produits

Il est connu, que dans d'autres pays qui appliquent des techniques de schage solaire pareilles, les fruits et lgumes schs par de telles mthodes dpassent des points de vue qualit et hygine largement ceux schs de manire traditionnelle. Ils sont galement conformes toutes les normes internationales. Il en est de mme pour la varit de poivrons "Niora" et les pches sches avec succs sur le schoir solaire type Marrakech dans les annes 1992 et 1993. Concernant ces deux produits, aucun test de march n'a t fait jusqu' prsent, ni aucune enqute auprs des importateurs.

5.3 Conclusion

Les analyses conomiques ont dmontr qu'il est possible de produire au Maroc avec des schoirs solaires de type Marrakech des abricots schs un prix infrieur celui obtenu en Turquie par le schage traditionnel des abricots. Un schoir peut transformer la rcolte d'un demi hectare entirement plant en abricotiers. Si l'on veut scher une plus grande quantit d'abricots, ii faut augmenter le nombre de schoirs.

Le march au Maroc pour des abricots schs ne se dveloppera que lentement cause des habitudes traditionnelles des consommateurs. Les chances d'coulement sur les marchs europens sont cependant beaucoup plus leves. Les abricots marocains schs par schoir solaire correspondent gnralement aux exigences des importateurs. En plus, le Maroc rcolte ses produits 6 semaines avant la Turquie et peut donc offrir un prix infrieur celui de son concurrent principal.

Si l'agriculteur vend sa marchandise directement au dtaillant et sche soit des abricots, soit des raisins, le schoir sera amorti moins de deux ans. S'il sche, par contre, successivement des abricots et des raisins, la priode d'amortissement se racourcit moins d'une anne (cf tableau 15).

Si la commercialisation de la marchandise est prise en main par un grossiste, sa marge rduit le prix de vente et augmente donc la priode d'amortissement (cf. tableau 16).

Si l'on parvient prolonger la priode d'exploitation du schoir par le schage d'autres produits, les cots de production et la priode d'amortissement baissent grce une meilleure rpartition des cots fixes sur les diffrents produits.

Tableau 15: Priode d'amortissement pour le schoir solaire type Marrakech (Cas: Vente aux dtaillants)

Production

Unit

Abricots

Raisins

Abricots et raisins

Quantit de production

kg

1.680

2000

1680

2000

Cot de Production

DH/kg

11,07

7,86

9,84

7,03

Prix de vente

DH/kg

19,00

17 00

19,00

17,00

Marge (bnficiaire)

DH/kg

5,00

5,00

5,00

5,00

Prix aux consommateurs

DH/kg

24,00

22,00

24,00

22,00

Bnfice

DH/an

13.322,00

18.290.00

15.389,00

19.940,00

Priode d'amortissement

ans

1,8

1,3

0,7

Tableau 16: Priode d'amortissement pour le schoir solaire type Marrakech (Cas: Vente aux grossistes)

Production

Unit

Abricots

Raisins

Abricots et raisins

Quantit de production

kg

1.680

2000

1680

2000

Cot de production

DH/kg

11,07

7,86

9,84

7,03

Prix de vente

DH/kg

14,00

12,00

14,00

12,00

Marge (bnficiare)

DH/kg

10,00

10,00

10,00

10,00

Prix aux

DH/kg

24,00

22,00

24,00

22,00

consommateurs






Bnfice

DH/an

4.922,00

8.280,00

6.989,00

9.940,00

Priode d'amortissement

ans

1,8

1,3

0,7

6. Bibliographie

6.1 Etudes

ANKILA, O.: Amlioration du schoir marocain. CDER, Marrakech, 1992.

BENSOUDA, K.: Etude du potentiel du Haouz en abricots et raisins scher. ORMVAH, Marrakech, 1989.

BENSOUDA, K.: Cycle de formation sur les techniques du schage solaire. ORMVAH, Marrakech, 1992.

KERKAB, M.: Etude du march des abricots sechs au Maroc: Une analyse du march national et international. PSE-Maroc, Marrakech, 1992.

MISRAR, A.: Synthse sur les diffrents schoirs fabriqus l'Universit de Hohenheim. CDER, Marrakech, 1990.

OESTERLE, M.: Etude du march et valuation conomique de la production des abricots et raisins en tenant particulirement compte du schage solaire au Maroc. PSE-Maroc, Marrakech, 1992.

SENHAJI, F.A.: Note d'orientation pour la ralisation de la campagne de schage des abricots. IAV Hassan II, Rabat, 1989.

6.2 Rapports

ANKILA, O.: Rapport synthtique de la journe nationale d'information sur le schage solaire organise Marrakech le 21.05.1993. CDER, Marrakech, 1993.

BENSOUDA, K.: Opration schage des abricots campagne 1988 - 1989. ORMVAH, Marrakech, 1989.

EL BOUAMRI, M.: Rapport synthtique de la construction du schoir solaire type Hohenheim. ORMVAH, Marrakech, 1990.

EL BOUAMRI, M. et M. D. JAMILI.: Rapport synthtique de la construction du schoir solaire type Marrakech pour les plantes mdicinales et aromatiques. ORMVAH, Marrakech, 1993.

HUSER, M.: Rapport Annuel: 01.02.89 - 31.01.90. PSE-Maroc, Stuttgart, 1990.

HUSER, M.: Rapport Final Phase I: 01.02.89- 31.01.90. PSE-Maroc, Stuttgart, 1991.

6.3 Thses et mmoires de fin d'tudes

ANONYME: Elaboration d'un schma de commercialisation des abricots et raisins secs. cole Suprieure de Commerce, Marrakech, 1993.

BAREHMI, K.: Solare Trockung von Krauseminze, Salbei und Verbenenkraut in Marokko. Universit de Hohenheim, mmoire de fin d'tudes, Stuttgart, 1994.

BSCHEL, M.: Einflu der Sonnenstrahlung auf das Trocknungsverhalten und die Produkt-qualitt von Aprikosen. Universit de Hohenheim, mmoire de fin d'tudes, Stuttgart, 1994.

FAHI, M.: Dimensionnement des schoirs solaires type tunnel. Ecole Nationale de l'Industrie Minrale, mmoire de fin d'tudes, Rabat, 1994.

HAUSCHILD, H.: Die Wirtschaftlichkeit der Produktion und Vermarktung solar getrockneter Frchte, dargestellt am Beispiel Marokko. Universit de Hohenheim, mmoire de fin d'tudes, Stuttgart 1993.

HENSEL, O.: Untersuchung und Modifikation einer solaren Tunneltrocknungsanlage fr den Einsatz bei der Aprikosentrocknung in Marokko. Universit de Hohenheim, mmoire, Stuttgart, 1990.

KROSCHEL, U.: Vergleichende Untersuchung verschiedener Schwefelungsverfahren und deren Einflu auf des Trocknungsverhalten und die Produktqualitt von Aprikosen. Universit de Hohenheim, mmoire de fin d'tudes, Stuttgart, 1994.

MORAD, I. et M. FADILI: Schage solaire des abricots dans le Haouz - 6me campagne. Essais de comparaison d'un schoir type Hohenheim et du schoir Abrisec 2. IAV Hassan II, mmoire de fin d'tudes, Rabat, 1989.

OESTERLE, M.: (voir aussi point 6.1 - Etudes:) Marktanalyse und betriebswirtschaftliche Beurteilung der Produktion von Aprikosen und Trauben unter besonderer Bercksichtigung der solaren Trocknung in Marokko. Universit de Hohenheim, mmoire de fin d'tudes, Stuttgart, 1991.

PAULY, B.: Produktion und Vermarktung von Heil- und Gewrzpflanzen in Marokko. Universit de Hohenheim, mmoire de fin d'tudes, Stuttgart, geplant 1994.

SCHROFF, E.: Die kobilanz als Informations- und Bewertungsinstrument - Fallbeispiel Solartrockner versus konventionelle Trocknungssysteme. Universit de Hohenheim, mmoire de fin d'tudes, Stuttgart, 1994.

SCHULTZ, A.: Optimierung der Prozessfhrung bei der Aprikosentrocknung mit einer solaren Tunneltrocknungsanlage in Marrakech, Marokko. Universit de Hohenheim, mmoire de fin d'tudes, Stuttgart, 1991.

WITT, A.: Untersuchung von Niedervolt-Gleichstromventilatoren fr den Einsatz in Trocknungsanlagen. Universit de Hohenheim' mmoire, Stuttgart, 1992.

6.4 Exposs communications

ANKILA, O.: Prsentation des aspects techniques du projet schage solaire. Journe d'Information sur le Schage Solaire, Marrakech, 21.05.1993.

BENSOUDA, K.: Prsentation des aspects conomiques du projet schage solaire. Journe d'Information sur le Schage Solaire, Marrakech, 21.05.1993.

EL BOUAMRI, M.: Adaptation du schoir solaire type Marrakech aux plantes mdicinales et aromatiques. Journe d'Information sur le Schage Solaire, Marrakech, 21.05.1993.

HUSER, M.: Solartrocknung von Aprikosen in Marokko. Seminar Nachemtetechnologie in den Tropen und Subtropen, Institut fr Agrartechnik in den Tropen und Subtropen, Stuttgart, 19.12.1990.

HUSER, M.: Le logiciel "Trik-Marokko" et son utilisation. Journe de formation sur le schage solaire, Marrakech, 14.10.1992.

HUSER, M.: Le schage des abricots et des raisins avec un schoir solaire type tunnel. Journe de formation sur le schage solaire, Marrakech, 15.10.1992.

HUSER, M.: Applications du schage solaire au niveau international. Journe d'Information sur le Schage Solaire, Marrakech, 21.05.1993.

HUSER, M.: Logiciel "Trik-Marokko". PSE-Maroc, Stuttgart, 1992.

JAMILI, M.D.: Potentiel de la rgion du Haouz en plantes mdicinales et aromatiques. Journe d'Information sur le Schage Solaire, Marrakech, 21.05.1993.

KASTAL, K.: Prsentation des aspects stratgiques du projet schage solaire. Journe d'Information sur le Schage Solaire, Marrakech, 21.05.1993.

KERKAB, M.: March des abricots secs au niveau national et international. Journe d'Information sur le Schage Solaire, Marrakech, 21.05.1993.

OECHSLE, P. et M. HUSER, Solar drying of apricots. Xth International Symposium on Apricot Culture, Izmir, 20.-24.09.1993.

SENHAJI, F.A.: Historique du schage solaire au Maroc. Journe d'information sur le Schage Solaire, Marrakech 21.05.1993.

6.5 Publications

ANKILA, O.: Le schage solaire. Plante, en cours de publication

HUSER, M.: Solare Trocknung von Obst und Gemse in Marokko. Emeuerbare Energiequellen. Zentralstelle fr Solartechnik ZfS, 1992, pages 70/71.

HUSER, M.; M. EL BOUAMRI et W. MHLBAUER: Solare Trocknung von Aprikosen in Marokko. 8. internationales Sonnenforum Berlin 1992. Deutsche Gesellschaft fr Sonnenenergie, pages 1123/1132.

HUSER, M.; M. EL BOUAMRI et W. MHLBAUER: Le schage solaire des abricots. L'Arboriculture Fruitire, No. 465, 10/1993, pages 33/40

HUSER, M.; M. EL BOUAMRI et W. MHLBAUER: Solar drying of apricots in Morocco. Tropentag 1992 - Proceedings, Universit de Hohenheim, 1992, pages 50/51.

KROSCHEL, U. et M. HUSER, Vergleichende Untersuchung verschiedener Schwefelungsver fahren und deren Einflu auf die Produktqualitt von Trockenaprikosen. Session poster Sminaire de la "Gesellschaft Deutscher Lebensmitteltechnologien", Berlin, 12.-13.11. 1993.

OWSIANOWSKI, R.-p.: Sonderenergieprogramm Marokko. 9. Sminaire" Photovoltaische Solarenergie" OTTI, Staffelstein, 1994, pages 1931207.

SCHROFF, E; T. CONRAD; M. HUSER et R. DOLUSCHITZ: Die kobilanzierung als Entscheidungshilfe bei der Produktentwicklung - Fallbeispiel Informationsbereitstellung fr die Entwicklung solarer Trocknungssysteme. GIL-Kongress, 09/1994, im Druck.

6.6 Articles de presse

ALMAGHRIB: L'Allemagne propose la technique, le Maroc l'applique. 26.10.1993.

APRICOT NEWS: Use of solar energy in apricot drying. 11/1992.

EVS-BERICHT: Besuch aus Marokko. 1/1992.

FILDER SCHAUFENSTER: Trockenfrchte statt Obst aus der Dose. 13.06.1990.

FILDER ZEITUNG: Trockenfrchte statt Obst aus der Dose. 08.06.1990.

FORUM INTERNATIONALES UNIVERSITTSMAGAZIN: Trockenaprikosen im Test. 1/1994.

LEBENSMITTELTECHNIK: Posterausstellung von Diplomanden. 1-2/1994.

LE MATIN: Marrakech: Journe d'information sur le schage solaire. 28.05.1993.

STUTTGARTER ZEITUNG: Hohenheimer Agrartechniker entwickeln Solartrockenanlage fr Tropenfrchte. 13.04.1994.

SPORE: Un tunnel solaire pour scher fruits et lgumes. Nr. 46, 8/1993.

STUTTGARTER NACHRICHTEN: Getrocknetes Obst und Gemse aus dem Solartunnel. 23.12.1993.

TO PREVIOUS SECTION OF BOOK TO NEXT SECTION OF BOOK